Aimée-amoureux
  

Vraisfaux-bandits

Accueil 
Depuis quand? 
La petrite fille et le banc 
Transports du banc 
Paroles 
Bonjour tristesse 
Universel 
délit de paroles 

 

BANCVILLE

Petite bourgade qui doit son nom à son siège.

Notre banc, c’est le trône public.

On vient s’y asseoir pour se reposer des courses, on y vient à deux

pour regarder ceux qui continuent de marcher. On vient y dormir

quand on a plus de toit. Les plus hardis y trouvent une estrade pour haranguer les manants pendant la manif. 

L’intérieur du monde, c’est où ?

Quand on sort dans la rue ou quand on rentre chez soi ? 

Sur la place principale, la ville, c’est du vide ou du plein ?

Des pâtés ou du soufflet ?

Qui s’est assis là ne se relève plus. Qui s’allonge là voudrait se

relever pour s’en sortir d’être dehors. Voudrait rentrer s’allonger dans un lit chaud.

Qui s’embrasse là, s’allongera plus loin.

Qui s’assied là, fais le point.

Qui prend son pied. Qui s’en plaint ?

Christophe Lambert

 

[ Délit]


Copyright (c) 2006-2007 le banc. Tous droits réservés.

mohammed@le-banc.eu